Oui l’extrême-droite est criminelle. Elle tue !

Samedi 15 septembre, le collectif Fermons l’Arcadia était à l’initiative d’un rassemblement Place Kléber en mémoire de Clément Méric, militant antifasciste et syndicaliste étudiant, tué le 5 juin 2013 par des fascistes du groupuscule néonazi « Troisième Voie ». La veille, deux de ses assassins, Esteban Morillo et Samuel Dufour, étaient condamnés respectivement à 11 ans et 7 ans de réclusion criminelle à l’issue du procès qui se tenait aux assises. Un troisième était acquitté.

via http://www.pourclement.org/

Depuis bientôt 5 ans, une campagne mensongère et haineuse était menée par l’extrême-droite, relayée par des médias comme BFM TV, France 2 ou RTL, par des relais policiers, et par le nazi Serge Ayoub en personne, pour renvoyer dos-à-dos fascistes et antifascistes et faire passer un assassinat politique pour une « bagarre » qui aurait « mal tourné ».

La condamnation de Morillo et Dufour vient heureusement marquer un coup d’arrêt à des années d’une campagne de haine contre la mémoire de Clément.

Le verdict rendu le 14 septembre permet de rétablir la vérité des faits et de reconnaître que Clément a été tué parce qu’il a refusé de baisser les yeux face à une bande de brutes et d’assassins qui l’ont frappé à coups de poings américains, en pleine rue, en plein jour. Il a été tué parce qu’il était un militant antifasciste.

Cependant, comment oublier ou pardonner l’acquittement d’Alexandre Eyraud, de Lydia DaFonseca ou encore la non-mise en cause du véritable chef, celui qui a coordonné l’attaque et donné les ordres, le nazi et indicateur de police Serge Ayoub, jamais mis en examen malgré les multiples meurtres et violences commis par son organisation ?

Comment oublier que durant toutes ces années la théorie de la responsabilité partagée entre nazis et antifascistes a été la version massivement relayée ? Comment se sentir soulagé.es par une condamnation judiciaire quand l’intégralité du procès a mis en évidence l’absence de réaction collective, au sein de la vente privée où des policiers étaient présents ou des badauds dans la rue où Clément a été tué, face à un groupe de nazis assumés qui s’affichent en toute confiance au point d’arborer des t-shirts aux slogans racistes (bien évidemment illégaux), de mimer des saluts hitlériens avec des mannequins en criant « heil heil ! » ou d’enfiler leurs poings américains devant témoins.

Quel genre de contexte politique sommes-nous en train de vivre pour que des nazis puissent ainsi prendre confiance dans l’espace public, allant jusqu’à l’agression mortelle de jeunes antifascistes ?

Nous ne pouvons pas oublier cette violence. Clément est mort pour ses idées antifascistes. Lui être fidèle c’est continuer son combat dans un contexte où plus que jamais, l’extrême-droite représente un danger pour les personnes migrant.es, les musulman.es, les militant.es antiracistes et antifascistes etc.

Aujourd’hui, le contexte politique nous impose

de tout faire pour les empêcher de s’organiser, d’occuper les rues, les quartiers, les frontières, les urnes. Face au danger que représente l’existence de fascistes organisés et déterminés à imposer un projet politique raciste et nationaliste, nous militerons sans cesse pour faire reconnaître que le fascisme n’est pas un courant politique comme un autre.

5 ans après, Clément toujours présent. Strasbourg 15/09/2018

En Grèce où se déroule actuellement, sous la pression de manifestations de masse, le procès de l’organisation néo-nazie « Aube Dorée » ; en Allemagne où d’immenses manifestations unitaires s’opposent aux manifestations racistes de l’AfD et aux pogroms antimigrant.es ; et jusqu’aux Etats-unis où des dizaines de milliers d’antiracistes et d’antifascistes submergent régulièrement en nombre les suprémacistes blancs galvanisés par Trump, se mènent actuellement des affrontements dont l’issue nous concerne toutes et tous.

À Strasbourg, Bastion social ne fait pas que prôner des idées de violence et d’exclusion, il les met en pratique de la pire des façons. Depuis le lancement récent de ce groupe, les agressions fascistes ont malheureusement explosé partout où leurs locaux se sont implantés. Ses militants organisent régulièrement des ratonnades en pleine rue, s’attaquent aux militant.es antifascistes, appellent à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux. Ses dirigeants et ses militants sont régulièrement condamnés par la justice pour des faits de violence raciste comme Thomas Beauffet, chef strasbourgeois du BS.

Dans ce contexte, l’annonce par le Bastion Social Strasbourg de l’organisation d’une « soirée de soutien » aux assassins de Clément Méric n’est qu’une preuve supplémentaire du caractère criminel cette organisation qui accueille l’idéologue du terrorisme d’extrême droite Gabriele Adinolfi, invitait encore le 2 juin dernier les néo-nazis d’Aube Dorée et apporte publiquement et financièrement son soutien à des meurtriers reconnus.

Ses militants rêveraient l’impunité pour tous les meurtres racistes, homophobes, sexistes et politiques que leur projet politique promeut et nécessite.

Aujourd’hui plus que jamais, ne cédons rien aux fascistes !

Combattons partout le racisme, le nationalisme, la haine, les dérives autoritaires et les idées réactionnaires !

 

Posted in General | Commentaires fermés sur Oui l’extrême-droite est criminelle. Elle tue !

Le Bastion social est l’ennemi de tou.tes les travailleur.ses !

Le mardi 28 août dernier, nous apprenions l’occupation pendant quelques instants du toit de l’agence Pôle Emploi de Schiltigheim par 3 militants fascistes du « Bastion social ». Poursuivant leur campagne nationaliste et xénophobe, ils y déployaient une banderole réclamant la discrimination à l’emploi des travailleur.euses étrangers et la « préférence nationale ».

Délogés par la police, ils ne seront pas placés en garde à vue mais relâchés après un simple contrôle d’identité, alors même que ce groupe est bien connu pour se rendre régulièrement responsable d’agressions violentes et racistes. À titre de comparaison, les lycéen.nes et étudiant.es mobilisé.es contre Parcoursup ont subi en 2018 des arrestations brutales et des heures de garde à vue pour bien moins que cela.

Pour les militants du Bastion social, la revendication de la préférence nationale ne se limite malheureusement pas à déployer des banderoles. Elle va trop souvent jusqu’à des attaques de rue, comme à Strasbourg mais aussi à Lyon ou à Aix-en-Provence, où un militant du Bastion social a récemment été condamné à 4 mois de prison ferme pour l’attaque raciste d’un jeune couple. Cette agression faisait directement suite à une manifestation pour réclamer la « préférence nationale ». Rappelons que le chef strasbourgeois du « Bastion social », Thomas Beauffet est récemment sorti de détention après une attaque raciste à 15 sur 1 sur un jeune de l’Esplanade en décembre 2017.

Le collectif Fermons l’Arcadia, local fasciste à Strasbourg, dénonce l’instrumentalisation du chômage de masse à des fins nationalistes et racistes.

Le Bastion social voudrait nous faire croire qu’il suffirait d’instaurer la « préférence nationale » pour résoudre le problème du chômage. Pourtant, l’augmentation du chômage ne tient pas à la présence de travailleur.euses étrangers mais aux politiques néolibérales et à une logique économique de court terme au détriment des investissements, des salaires et de la formation. Demander la « préférence nationale », ce n’est pas vouloir affronter véritablement le problème du chômage et des droits sociaux de tous les travailleur.ses, quelle que soit leur nationalité. Au contraire, diviser notre classe entre travailleur.ses « nationaux » et « étrangers » c’est renforcer l’emprise de l’État et des capitalistes sur nos vies en créant une unité nationale factice entre exploiteurs et exploité.es.

C’est seulement par l’union et la solidarité que l’ensemble des travailleur.ses, quelle que soit leur nationalité, obtiendront des avancées sociales, la fin des discriminations racistes, du flicage, des humiliations, de la culpabilisation des chômeurs et des chômeuses, partagerons le temps de travail et mettront fin au chômage.

Posted in General | Commentaires fermés sur Le Bastion social est l’ennemi de tou.tes les travailleur.ses !

Tags du GUD à Strasbourg

Le GUD à Strasbourg..

Les 2 premiers tags, réalisés sur les portes d’une cité universitaire strasbourgeoise, sont une menace directe en direction des résident.es, d’autant qu’ils ont été réalisés selon nos informations dans la nuit de mercredi à jeudi, c’est-à-dire la nuit de l’attaque des membres du Bastion Social contre nos camarades sur le campus voisin.

Nous avons déjà dit que le GUD, groupuscule fasciste existant depuis les années 60, n’est rien d’autre que le Bastion Social, nouveau nom derrière lequel il se cache pour ses activités publiques mais qu’il n’hésite pas à reprendre pour signer ses violences, qu’elles soient commises à Strasbourg, au Lycée Autogéré ou à Montpellier.

Rappelons également qu’en 2016 les locaux strasbourgeois de l’Atmf Section du Bas-Rhin avaient déjà été dégradés de façon similaire, avec des slogans racistes contre l’accueil des réfugié.es et le travail réalisé par l’association (3ème photo).

Posted in General | Commentaires fermés sur Tags du GUD à Strasbourg

Tract Fermons l’Arcadia

Posted in General | Commentaires fermés sur Tract Fermons l’Arcadia

Cortège sauvage devant l’Arcadia

Suite à l’agression de hier soir par les fascistes du Bastion Social sur le campus (une quinzaine contre six étudiant.e.s et lycéen.e.s), une partie des étudiant.es en lutte se sont rendu.es devant leur local pour montrer leur détermination et leur solidarité avec les personnes blessées hier soir.

Le cortège de 60 personnes est resté une vingtaine de minutes devant le local, entamant des slogans : « flics, fachos, hors de nos facs, on répondra à chaque fois qu’on nous attaque ! », « siamo tutti antifascisti », « pas de fachos dans nos quartiers ».

Sans réponse des fachos qu’on soupçonnait de s’être terrés à l’intérieur, les premiers véhicules de police sont arrivés. Le cortège a alors décidé de retourner au palais universitaire occupé d’où il était parti.

Flics, fafs, hors de nos facs ! on répondra à chaque fois qu’on nous attaque !

#strasbourgantifa #fermonslarcadia #FachosHorsDeNosVies

Posted in General | Commentaires fermés sur Cortège sauvage devant l’Arcadia

Communiqué suite aux agressions fascistes sur le campus de Strasbourg

Après l’attaque du Lycée autogéré de Paris[1], l’intrusion d’une milice pour expulser des grévistes à Montpellier[2] et une agression sur Lille[3], l’extrême-droite enchaîne sur des nouveaux faits de violence à Strasbourg ce vendredi 28 mars sur le campus universitaire.

En décembre 2017, le Bastion social, organisation néofasciste née des cendres du GUD, a ouvert un local en centre de Strasbourg[4]. La vocation de ce mouvement est de mettre en œuvre la préférence nationale en triant les bénéficiaires de maraudes en fonction de leur origine ethnique ou leur nationalité, en affirmant vouloir faire bénéficier « les nôtres avant les autres ». Mais leur action ne s’arrête pas au simple fait discriminatoire. Depuis l’ouverture de leur bar, deux membres (dont le trésorier de l’association) ont été condamnés pour une agression raciste le soir de l’inauguration et deux autres sympathisants seront jugés en juin pour des faits de même nature[5].

Depuis plusieurs mois, des Strasbourgeois-es se mobilisent pour la fermeture de l’Arcadia, le local du Bastion Social et dénoncent la violence des propos, des comportements et des objectifs du groupuscule[6]. Des manifestations réunissant plusieurs centaines de personnes ont été organisées, Le Maire de Strasbourg et le conseil municipal se sont prononcés à l’unanimité pour sa fermeture mais cependant, seule la préfecture peut acter leur expulsion et seul l’État peut décréter la dissolution du groupe[7].

Ce mercredi 28 mars, une quinzaine d’individus, membres et sympathisants du Bastion Social ont physiquement agressé quelques lycéen-ne-s et étudiant-e-s sur le campus universitaire de l’Esplanade. L’altercation s’est terminée par la venue de la police et des pompiers pour soigner les coups des victimes ayant eu la malchance de tomber sur le groupe nationaliste alors en plein collage[8].

Alors que le Bastion social s’implante dans plusieurs villes de France et que l’extrême-droite multiplie les agressions physiques[9], que de nombreux collectifs et organisations sonnent l’alerte depuis des semaines, les pouvoirs publics ne font rien pour mettre un terme aux activités de ses groupuscules dont la violence, le racisme ou l’homophobie ne sont plus à prouver. À quand une décision des préfectures pour la fermeture de leurs locaux à Strasbourg, Marseille, Lyon et ailleurs ? À quand une dissolution du GUD et du Bastion Social prononcé par le gouvernement ?

Tant que le Bastion social et tous les fascistes de même augure continueront d’instrumentaliser les revendications sociales pour une conception ethnique et impérialiste de la solidarité, de propager leurs idées racistes et identitaires dans l’espace public et d’instaurer un climat de violence et à multiplier les ratonnades, la lutte antifasciste continue, nous ne baisserons pas les bras et continuerons à dénoncer leurs agissements, à Strasbourg comme ailleurs.

Collectif Fermons l’Arcadia

[1] https://www.lesinrocks.com/2018/03/24/actualite/des-militants-dextreme-droite-attaquent-le-lycee-autogere-de-paris-111062967/

[2] http://www.liberation.fr/france/2018/03/27/fac-de-montpellier-je-n-ai-pas-l-habitude-lorsque-je-suis-agresse-de-rester-passif-dit-un-prof-accus_1639295

[3] http://www.lavoixdunord.fr/345040/article/2018-03-27/ce-que-l-sait-des-violences-lundi-soir-devant-la-fac-de-droit

[4] http://www.liberation.fr/france/2018/03/02/un-bar-a-droite-toute-met-strasbourg-sous-tension_1633507

[5] https://www.lalsace.fr/bas-rhin/2018/01/22/le-bastion-social-empetre-dans-les-violences

[6] https://www.facebook.com/notes/fermons-larcadia-local-fasciste-à-strasbourg/

[7] https://www.rue89strasbourg.com/trois-voies-legales-pour-fermer-le-bastion-social-strasbourg-130822

[8] https://www.lalsace.fr/actualite/2018/03/29/trois-etudiants-d-extreme-gauche-agresses-alors-qu-ils-decollaient-des-affiches-du-bastion-social

[9] https://www.slate.fr/story/159568/bastion-social-neofascisme-france

Posted in General | Commentaires fermés sur Communiqué suite aux agressions fascistes sur le campus de Strasbourg

Manifestation du 8 mars pour la Journée internationale des droits des femmes

[MANIFESTATION JEUDI 8 MARS À 17H PLACE DE LA GARE POUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES]

https://www.facebook.com/events/1795117263861315/

Le sexisme est une composante essentielle du fascisme. L’ensemble de groupes et partis fascistes européens participent à la justification et au renforcement du patriarcat : par la volonté de contrôle du corps et de la sexualité des femmes pour leur attribuer une fonction sociale étroite les asservissant aux besoins de l’homme, de la famille de la nation ; par l’instrumentalisation des violences faites aux femmes pour propager un discours xénophobe et raciste ; par l’acceptation du binôme homme/femme comme étant exclusif et imposant la contrainte aux genres naturellement et culturellement imposés ; par la négation de l’égalité politique et civile homme/femme afin de justifier le recul de droits et libertés féminines ; par la non remise en cause du système capitaliste qui enferme les femmes dans une division genrée du travail et qui exploite davantage les femmes prolétaires via les inégalités salariales, les temps partiels imposés, la casse des services publics.

Le fascisme est le pire ennemi de la femme ! Tout antifascisme ne peut qu’être féministe, et tout féminisme ne peut qu’être antifasciste !

Posted in General | Commentaires fermés sur Manifestation du 8 mars pour la Journée internationale des droits des femmes

[Thomas B.] Le trésorier de l’Arcadia se déclare ouvertement fasciste et compare les « étrangers » à des rats

TW : racisme.

Voici des extraits d’une vidéo datée de mai 2017 où Thomas Beauffet, alors responsable de « Strasbourg Zone Dissidente » et futur trésorier de l’association l’Arcadia, explique clairement sa vision du monde, connue et sans nul doute partagée par les autres membres du Bastion. Six mois plus tard, il prendra 8 mois de prison ferme après une agression raciste en bande survenue le 09/12, soir de l’inauguration de l’Arcadia.

Voilà qui sont les membres du Bastion Social et de l’Arcadia !

Ces extraits proviennent de la vidéo postée le 6 mai 2017 sur la page d’extrême-droite « Jimmy Tomasella », qui a été supprimée depuis que nous lui avons donnée une plus large audience. Nous avons bien évidemment sauvegardé la vidéo originale et fait des captures d’écran prouvant tout cela.

Posted in Membres de l'Arcadia | Commentaires fermés sur [Thomas B.] Le trésorier de l’Arcadia se déclare ouvertement fasciste et compare les « étrangers » à des rats

[Roukess] Quand les militants du bastion social Strasbourg assument leurs violences, leur racisme, et appellent a l’attentat

Sur les screens ci-dessous de son profil Facebook, nous suivons les aventures de David L. alias Roukess Hess, militant du Bastion Social Strasbourg, précédemment affilié à tous les groupuscules possibles de l’extrême-droite (GUD, Dissidence Française, Division Nationaliste Révolutionnaire…). Il s’exposait fièrement en première ligne lors de la prétendue action du Bastion Social devant l’Eurométropole fin janvier, et depuis quelques temps il est bien installé derrière le comptoir de l’Arcadia, en poste de responsabilité.

Ce mythomane se vante publiquement de ses agressions racistes ; il raconte dans les détails ses descentes armées pour taper des antifas à La Taverne Française, « bar des crasseux » ; il affirme « espérer un attentat, et pas petit, avant le 7 mai » (NB : 7 mai 2017, date du 2ème tour des élections présidentielles) ; il se moque d’une personne asperger tout en se vantant de l’avoir tabassée pour lui voler son kefiah… Quelques jours après l’ouverture de l’Arcadia, Roukess a participé à une nouvelle descente à La Taverne Française, durant laquelle il a laissé une partie de son nez sur le comptoir.

Comme pour le président du Bastion Social Strasbourg s’affichant avec une arme, de telles photos et affirmations prennent toute leur importance dans un contexte où le terrorisme d’extrême-droite ressurgit régulièrement, de la tuerie d’Utoya en 2011 à l’attentat à la voiture-bélier de Charlottesville en 2017. Pas plus tard que le 14 février 2018, un suprématiste blanc assassinait 17 personnes dans un lycée en Floride. N’oublions pas que le Bastion Social Strasbourg n’hésite pas à affirmer son soutien à la galaxie du terrorisme néofasciste européen, de l’invitation de Gabriele Adinolfi (contemporain et partisan d’attentats qui ont fait des centaines de morts dans l’Italie des années 70-80) à la soirée de solidarité avec le Hogar Social (mouvement identitaire espagnol responsable de multiples agressions racistes et homophobes, et militant pour la libération de Josué Estébanez, le skinhead ayant tué Carlos Palomino avec un coup de poignard dans le cœur en 2007). N’oublions pas qu’en deux mois d’existence l’Arcadia a été la base-arrière de violences à Strasbourg : l’agression raciste à 20 contre un le soir du 09/12, l’agression de trois personnes dont un conducteur de tram le 20/01…

Au moins, Roukess aura eu le « mérite » de ne pas vouloir cacher sa vraie nature derrière le visage respectable et « social » de l’Arcadia. De son président à son barman, les militants du Bastion Social se fantasment bel et bien en miliciens fascistes et se sont déjà rendus responsables d’un nombre incalculable de violences : à quand des nouvelles agressions ? à quand une attaque terroriste ?

Posted in Membres de l'Arcadia | Commentaires fermés sur [Roukess] Quand les militants du bastion social Strasbourg assument leurs violences, leur racisme, et appellent a l’attentat

L’ordre public est troublé à l’Esplanade !

Samedi 20 janvier a eu lieu une seconde manifestation contre le Bastion Social et son bar du quartier de l’Esplanade. De nombreux membres de l’association ou ses sympathisants ont déjà pris part à de multiples agressions et intimidations. Le trésorier de l’association (Thomas BEAUFFET) vient de prendre 8 mois de prison ferme pour une agression raciste le soir même de l’ouverture du local, le 9 décembre.

Bien que cette manifestation ait été une belle réussite, nous déplorons l’interdiction par le préfet et la police de manifester dans le quartier de l’Esplanade. Nous sommes des étudiant.es, habitant.e.s, commerçant.e.s ou associations du quartier et de Strasbourg, ainsi que des organisations politiques et syndicales antifascistes et anticapitalistes. Nous refusons de voir se propager un discours de haine et de violence et qui sommes menacé.e.s dans l’activité ET l’intégrité physique par la présence de cette concentration de militants fascistes dans un quartier populaire, étudiant, multiculturel et ouvrier.

Lors de cette manifestation, le quartier a été bunkerisé face au cortège de 600 personnes qui a dû le contourner et les consignes des policiers étaient clairement dirigées contre les manifestant.e.s pacifiques mais révolté.e.s. Encore une fois, l’utilisation des forces répressives se résume à un exercice de parade pour instiller ou, au contraire, désamorcer un sentiment d’insécurité plus qu’à de la protection collective. En tout cas, elle n’aura pas pu empêcher qu’à deux reprises, en rentrant, des manifestants se fassent menacer ou agresser par des adhérents du Bastion Social. Ils ont notamment attaqué un chauffeur de la CTS, une plainte est déposée par les syndicats.

Alors qui le préfet et la police protègent-ils ? Les citoyen.ne.s qui exercent leur droit à affirmer leur désaccord aux idées fascistes et racistes en manifestant, ou les militants fascistes qui essayent d’apparaître comme respectables mais ne peuvent céder à la tentation de violence en réalité ?

Au-delà des intentions et des effets d’annonce, le résultat est là : plusieurs agressions ont déjà eu lieu, et la menace qui pèse sur les racisé.e.s, les musulman.e.s et les juif.ves, les réfugié.e.s et les sans-papiers, les LGBTQI+ ainsi que sur les militant.e.s politiques ou syndicaux croît chaque jour davantage. Ainsi que l’adjoint au maire Eric SCHULTZ l’a dit au dernier Conseil municipal qui a voté à l’unanimité une motion pour la fermeture du local et la dissolution de l’association Bastion Social, faut-il attendre un nouveau Brahim BOUARRAM, Ibrahim ALI ou Clément MERIC (tous trois tués par des militants fascistes) pour qu’une décision administrative soit prise?

Des bars tels que celui de l’Esplanade ont déjà ouvert ou vont ouvrir dans de nombreuses villes françaises en ce moment même. Profitant des succès idéologiques et électoraux du Front National dans le débat politique et de la propagation des tentations racistes ou identitaires, le Bastion Social est une entreprise concertée au niveau national par divers groupes et individus revendiqués identitaires, fascistes ou néo-nazis pour avoir un ancrage territorial en ouvrant des locaux tels que l’Arcadia qui deviennent des lieux de propagande fasciste et d’organisation d’activités mettant en avant leur devise « Les nôtres avant les autres ». Comme le Front National, le Bastion Social est une tentative d’instrumentalisation de revendications sociales pour une conception ethnique et impérialiste de la solidarité. Des associations d’aide aux plus démuni.e.s sérieuses existent et distribuent, pour le seul cas d’Abribus, 18.000 repas par an et cherchent, par ailleurs, des bénévoles. Mais en vérité, le Bastion Social a montré qu’il se situait en héritier des ennemis historiques du mouvement ouvrier par ses attaques répétés contre le mouvement social et la solidarité. En opposant les plus démuni.e.s, ils font en vérité le jeu de nos élites et de l’État qui ont tout intérêt à la division de notre camp social et tolèrent donc leur existence politique dans la mesure où cela ne suscite pas assez d’indignation pour menacer leur pouvoir.

Contre la propagation des idées racistes, fascistes et identitaires dans l’espace public, Pour une contestation citoyenne systématique et massive, Soyons tou.te.s Antifascistes !

 

Collectif Fermons l’Arcadia

Posted in General | Commentaires fermés sur L’ordre public est troublé à l’Esplanade !