Communiqué suite aux agressions fascistes sur le campus de Strasbourg

Après l’attaque du Lycée autogéré de Paris[1], l’intrusion d’une milice pour expulser des grévistes à Montpellier[2] et une agression sur Lille[3], l’extrême-droite enchaîne sur des nouveaux faits de violence à Strasbourg ce vendredi 28 mars sur le campus universitaire.

En décembre 2017, le Bastion social, organisation néofasciste née des cendres du GUD, a ouvert un local en centre de Strasbourg[4]. La vocation de ce mouvement est de mettre en œuvre la préférence nationale en triant les bénéficiaires de maraudes en fonction de leur origine ethnique ou leur nationalité, en affirmant vouloir faire bénéficier « les nôtres avant les autres ». Mais leur action ne s’arrête pas au simple fait discriminatoire. Depuis l’ouverture de leur bar, deux membres (dont le trésorier de l’association) ont été condamnés pour une agression raciste le soir de l’inauguration et deux autres sympathisants seront jugés en juin pour des faits de même nature[5].

Depuis plusieurs mois, des Strasbourgeois-es se mobilisent pour la fermeture de l’Arcadia, le local du Bastion Social et dénoncent la violence des propos, des comportements et des objectifs du groupuscule[6]. Des manifestations réunissant plusieurs centaines de personnes ont été organisées, Le Maire de Strasbourg et le conseil municipal se sont prononcés à l’unanimité pour sa fermeture mais cependant, seule la préfecture peut acter leur expulsion et seul l’État peut décréter la dissolution du groupe[7].

Ce mercredi 28 mars, une quinzaine d’individus, membres et sympathisants du Bastion Social ont physiquement agressé quelques lycéen-ne-s et étudiant-e-s sur le campus universitaire de l’Esplanade. L’altercation s’est terminée par la venue de la police et des pompiers pour soigner les coups des victimes ayant eu la malchance de tomber sur le groupe nationaliste alors en plein collage[8].

Alors que le Bastion social s’implante dans plusieurs villes de France et que l’extrême-droite multiplie les agressions physiques[9], que de nombreux collectifs et organisations sonnent l’alerte depuis des semaines, les pouvoirs publics ne font rien pour mettre un terme aux activités de ses groupuscules dont la violence, le racisme ou l’homophobie ne sont plus à prouver. À quand une décision des préfectures pour la fermeture de leurs locaux à Strasbourg, Marseille, Lyon et ailleurs ? À quand une dissolution du GUD et du Bastion Social prononcé par le gouvernement ?

Tant que le Bastion social et tous les fascistes de même augure continueront d’instrumentaliser les revendications sociales pour une conception ethnique et impérialiste de la solidarité, de propager leurs idées racistes et identitaires dans l’espace public et d’instaurer un climat de violence et à multiplier les ratonnades, la lutte antifasciste continue, nous ne baisserons pas les bras et continuerons à dénoncer leurs agissements, à Strasbourg comme ailleurs.

Collectif Fermons l’Arcadia

[1] https://www.lesinrocks.com/2018/03/24/actualite/des-militants-dextreme-droite-attaquent-le-lycee-autogere-de-paris-111062967/

[2] http://www.liberation.fr/france/2018/03/27/fac-de-montpellier-je-n-ai-pas-l-habitude-lorsque-je-suis-agresse-de-rester-passif-dit-un-prof-accus_1639295

[3] http://www.lavoixdunord.fr/345040/article/2018-03-27/ce-que-l-sait-des-violences-lundi-soir-devant-la-fac-de-droit

[4] http://www.liberation.fr/france/2018/03/02/un-bar-a-droite-toute-met-strasbourg-sous-tension_1633507

[5] https://www.lalsace.fr/bas-rhin/2018/01/22/le-bastion-social-empetre-dans-les-violences

[6] https://www.facebook.com/notes/fermons-larcadia-local-fasciste-à-strasbourg/

[7] https://www.rue89strasbourg.com/trois-voies-legales-pour-fermer-le-bastion-social-strasbourg-130822

[8] https://www.lalsace.fr/actualite/2018/03/29/trois-etudiants-d-extreme-gauche-agresses-alors-qu-ils-decollaient-des-affiches-du-bastion-social

[9] https://www.slate.fr/story/159568/bastion-social-neofascisme-france

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.